CHEVREUIL

Capreolus capreolus

Ordre : Artiodactyles

Famille : Caprinés

Genre : Capra

Taille : 1 -1, 40 M

Envergure : 240 à 280 cm.

Poids : 15 à 35 Kg

Espérence de vie : 10 à 12 ans

Prise de vue

Nikon D750

Sigma 120-400

Métadonnées : f5,6 ,3/600-ISO 250

Distance 60 M.


Localisation

Chanac

 

48 230 Chanac

 


Description

Le chevreuil est un petit animal agile et très rapide, à la robe brunâtre et à la face plutôt grise, qui atteint à l'âge adulte des tailles variant selon les individus. Ils peuvent vivre jusqu'à 15 ans (avec un record de 20 ans, mais la plupart ne dépassant toutefois pas 10 ans dans la nature). De par sa taille, il est considéré comme le plus petit cervidé indigène d'Europe1.

Il porte des bois caducs (qui tombent chaque année) et plutôt courts. Le chevreuil est dit anoure, c'est-à-dire sans queue, et artiodactyle, il marche sur un nombre pair de doigts porteurs, à chaque membre.

Pelage : celui du faon est tacheté durant deux mois, les taches sont alignées contrairement à celles du faon de cerf. Le chevreuil subit deux mues par an, au printemps (le pelage devient roux vif) et en automne (le pelage vire au gris-brun), avec une mue plus précoce chez les jeunes. En hiver, certains chevreuils ont la base du cou ornée d'une ou deux taches claires, dites serviette.

La tache claire et érectile qui orne le fessier est dite miroir ou rose ; d'un blanc pur en hiver, elle devient jaunâtre en été.

Dimorphisme sexuel : le brocard a un corps plus trapézoïdal, au centre de gravité porté vers l’avant. Hormis en novembre-décembre, ses refaits et ses bois le distinguent de la femelle. En hiver, son miroir en forme de rein ou de haricot (alors que celui de la femelle a une forme de cœur) le distingue, de même que son pinceau pénien (de profil).

 

Régime alimentaire

Il consomme des plantes mais peut aussi consommer des bourgeons, feuilles et jeunes branches d'arbres .  Néanmoins, depuis quelques décennies, les chevreuils ont modifié leurs comportements et se font nombreux et fréquents dans les champs où ils profitent notamment des cultures d'hiver et de printemps. Il semble par ailleurs qu'il se soit adapté à ses nouveaux milieux et accepte toutes les nourritures. Les faons étant élevés dans les champs de foins, et de culture céréalière n'ont guère d'autres choix nutritionnels et doivent s'adapter.

Au printemps et en été, le chevreuil consomme en forêt les feuilles de nombreux arbres feuillus (chêne, charme, érable, cornouiller...), beaucoup de graminées, et quelques dicotylédones. En hiver, il consomme les ronces, la bruyère callune, le lierre sur les troncs et quelques autres végétaux ou champignons. Il mange aussi des glands, des faînes, et parfois n'hésite pas à consommer certaines cultures d'hiver (luzerne notamment). Friands de sel, les chevreuils lèchent les blocs de sel dès leur mise en place par les chasseurs qui prétendent ainsi, fixer une population, identiquement ceux installés par les éleveurs pour leurs vaches sont très appréciées. En région de bocage les haies et l'herbe constituent leur nourriture principale, elle semble identique à celle des vaches, bien que leurs connaissance approfondie des plantes leur permette de choisir ce qu'il leur faut exactement comme nutriment pour répondre aux faiblesses de leur corps.

 

Comportement

Depuis les plans de chasse et l'agrainage qui l'ont beaucoup favorisé, et en l'absence de prédateurs naturels, le chevreuil est devenu le mammifère herbivore sauvage le plus commun en forêt, dans de nombreux pays de l'hémisphère nord. Il reste pourtant très discret. Ses populations sont donc difficiles à dénombrer, d'autant qu'il est essentiellement forestier. S'il s'approche volontiers des habitations proches des lisières tôt le matin ou la nuit, il fuit le contact de l'homme et est gêné par des dérangements répétitifs. Sa musculature et son système circulatoire sont adaptés à la fuite immédiate et aux bonds lui permettant de franchir les clôtures basses et les buissons en une fuite rapide en forêt dense ou au milieu des ronciers, mais s'épuise rapidement à la course en milieu ouvert.

 

Vitesse de déplacement

Les chevreuils ont une morphologie adaptée à la course et aux bonds. Ils ont une musculature sèche, concentrée près du corps avec de longues pattes fines et légères. Leurs sabots frêles sont serrés et très pointus, idéals pour la course. Ils peuvent bondir jusqu'à 1,75 mètres de haut, et jusqu'à 6 mètres en longueur. En cas de danger, ils peuvent courir extrêmement vite, jusqu'à une vitesse de 90 km/h, mais sur une courte distance (la vitesse maximale de l'espèce, a été enregistrée par un chevreuil mâle, qui a atteint 98 km/h en pointe sur 100 mètres, avec une vitesse moyenne de 72 km/h sur 700 mètres). Ils peuvent également courir moins vite mais sur une plus longue distance. Ils courent beaucoup plus vite que leurs prédateurs, cependant en l'absence de loups et de lynx dans certaines régions de France, ils se déplacent moins et sont moins musclés. Un chevreuil entrainé aux sprints, est aussi rapide qu'une gazelle de Thomson.

 

Reproduction

En période de rut (du 15 juillet au 15 août), les mâles ont un comportement territorial spécifique : ils frottent leur bois contre des arbres, déposent la sécrétion odorante de leurs glandes frontales et grattent la terre. Avant l'accouplement, le mâle qui suit une femelle emprunte souvent un itinéraire circulaire dit « rond de sorcière  ou ayant la forme d'un 8 parfois.

Leurs faons seront mis bas en mai-juin.

La portée comprend en moyenne 2 petits (de 1 à 3). Chaque faon pèse de 1 à 2 kg à la naissance. L’allaitement dure en moyenne de 2 à 3 mois (mais peut continuer jusqu’à mi-novembre si les conditions sont bonnes14). Le sevrage est achevé au 5e ou 6e mois (en octobre-novembre).

Le jeune s’émancipe à la fin de la 1re année de vie. La maturité sexuelle survient dès la seconde année de vie.

 

Prédateurs et régulation

Les prédateurs du chevreuil sont les hommes, les  loups, le lynx. Le renard roux, les chiens errants, les gloutons et les sangliers peuvent s'attaquer aux faons.