Objectif : Vautours Fauves.

Les Gorges de la Jonte-Lozère

Lendemain de Noël, la météo de la veille promet du beau temps et ce n'est pas jour de chasse.

Je décide de me rendre dans les Gorges du Tarn pour rendre visite aux vautours fauves. Il n'y aura personne dans les gorges.

J'habite à 1H30 du lieu, en Lozère on ne compte pas en kilomètres mais en temps car les routes sont sinueuses.

Je décide donc au petit matin de prendre mon temps. Je passe par un petit village près de Barjac où j'avais repéré la veille quelques chevreuils dans un champ,

histoire de voir si la scène pouvait se répéter. A la sortie d'un virage, j'aperçois 2 silhouettes de chevreuil dans la brume matinale. J'en profite pour faire mes premières photos.

Je poursuis ma route en direction du Causse de Sauveterre que je dois traverser pour mon spot photo. Là j'aperçois un groupe de Mouflons broutant  dans un champ. Je décide de stopper mon véhicule au prochain virage à couvert. Ils sont exactement 15, je m'aventure derrière des buissons a contre-vent et commence une série de photos. Le problème lorsque ce type d'événement arrive si vite c'est que l'on ne tient pas compte des imprévus. Un véhicule vient stationner en contrebas et fait fuir  le troupeau. En moins d'une seconde, une femelle dominante donne le ton : il faut fuir. Les clôtures ne sont pas un obstacle et j'assiste au décollage du troupeau. J'immortalise la scène en faisant une série en rafale. Ils vont se poser au sommet du champ pour mieux observer puis passent derrière la bute, je ne les révérais plus. Me voici enfin au-dessus des gorges, une mer de brume couvre la vallée. L'image est magnifique, je dois donc me tenir sur les crêtes car plus bas le brouillard est épais. Je dois marcher une heure à travers un sentier afin de découvrir mon premier vautour fauve. C'est un juvénile, je me trouve à moins de 10 M de lui à la sortie d'un virage. Je m'arrête immédiatement, m'accroupit et shotte en rafale. Mon choix était bon car l'animal ne part pas, il m'offre une série de 100 clichés. Le ciel est apparu, le modèle pose les conditions sont idéales pour faire calmement mes réglages. Nous restons ainsi une demi-heure ensemble. Je dois effectuer une boucle et décide de le laisser scruter l'horizon sur son promontoire. Le vautour n'a pas peur, je passe à 5 mètres environ de lui, il ne décolle pas, il feint  de m'ignorer. Plus loin, j'observe aux jumelles un vautour plus imposant, un vautour moine qui déploie ses ailes pour capter les rayons de soleil. Je me pose et je l'observe car je sais qu'un vautour ne reste jamais seul. Quelques minutes plus tard, des vautours fauves et moines viennent se poser près de lui et j'assiste à des bagarres pour la prise de ce rocher. La scène dure bien 30 minutes. Je compte jusqu'à 9 vautours moines et autant de vautours fauves. Le soleil en cette saison se couche tôt et j'ai encore une heure de marche pour rejoindre mon véhicule. . Je les laisse sur le rocher, il n'y a ni gagnant, ni perdant. Ils cohabitent c'est tout. Mon dernier vautour fauve observé se situe au flanc d'un pic. Il observe le brouillard qui remonte de la vallée.

Journée de rêve.

 

Pour info sur les bagues :

 

CAS : Yukon, (vautour fauve) bagué au nid le 19/04/2005 dans les Gorges du Tarn sur la commune de Saint-Pierre des Tripiers. Observé régulièrement.

BTE : Horus, (vautour moine) bagué au nid le 27/06/2003 dans les Gorges de la Jonte sur la commune de Saint-Pierre des Tripiers. Observé régulièrement également. 


Écrire commentaire

Commentaires: 0